Hello
Connectez-vous ou
inscrivez-vous !

Demain nous appartient : Vianney se confie sur le générique

Publié le 15-09-2021- 3 min de lecture

vianney © ISOPIX

Le chanteur en dit plus sur les raisons pour lesquelles il a accepté de composer le nouveau générique.

«     Demain nous appartient     » ne se refuse rien… et surtout pas, l’aide d’un grand artiste pour se refaire une beauté !

Avant de faire sa rentrée, la série de TF1 a proposé à Vianney de lui concocter une petite mélodie dont il a le secret. Et tout ça, pour quoi faire ? Pour proposer aux fans du programme un tout nouveau générique, bien sûr !

Si vous êtes amateur de la série, vous le savez, on avait droit jusqu’alors à la chanson Demain de Lou. Ce choix était sans doute motivé par le fait que Lou incarne le personnage de Betty dans la série...

Vianney bientôt dans le feuilleton ?

Certainement pas  ! Une chose est sûre : il va désormais laisser une trace indélébile avec sa chanson : Nos lendemains. Depuis le 26 août dernier, elle rythme donc la série. Un choix qui ravit d’ailleurs le principal concerné comme il l'a expliqué chez nos confrères du Parisien.

 «   C'est Matthieu Gonet, que je connais, qui s'occupe de la musique sur "Demain nous appartient" et qui m'a fait cette proposition, il y a six-huit mois. Ça me faisait plaisir de le rejoindre dans son aventure. Donc je me suis intéressé à la série et à ses valeurs, puis j'ai commencé à imaginer une chanson. Mais je les ai prévenus que si ça ne leur convenait pas, il n'y avait pas de problème pour me le dire    »

Autre indiscrétion : Vianney n’a pas écrit une mais deux chansons pour la série  ! Un second morceau, selon ses propres mots «    plus dynamique, plus pop, plus dans l'esprit d'un générique    » mais la production a souhaité davantage privilégier le texte. Quant à Vianney, il a misé sur la liberté :

«    C'est plus facile d'écrire une chanson comme ça que de commencer un album. Quant à la composition, je n'ai eu aucune consigne. Et heureusement que j'étais libre car, de ce côté-là, je ne suis pas sûr que j'aurais réussi        ».

Pour (re)découvrir Nos Lendemains :