Hello
Connectez-vous ou
inscrivez-vous !

Bientôt une pilule pour combattre… les ronflements !

Publié le 01-12-2020- 4 min de lecture

Le Chat Fuji © ISOPIX - PATRICK SICCOLI PATRICK / SIPA PRESS

Les premières conclusions des essais cliniques donnent des résultats impressionnants !

C’est l'une des causes bien connues d’une mauvaise nuit : les ronflements… Plusieurs éléments causent ce désagrément : le tabagisme, la consommation d’alcool ou de médicaments avant d’aller au lit, une surcharge pondérale

C’est surtout l'un des symptômes de l’apnée du sommeil. Ce trouble se caractérise par une diminution ou plus généralement un arrêt de la respiration durant le sommeil. Les Cliniques Saint-Luc estimaient il y a quelques années à 100 000 le nombre de malades dans notre pays.

Des traitements existent

Actuellement, il existe déjà des solutions assez radicales : changement de mode de vie, d’alimentation, perdre du poids et le port d’un masque durant le sommeil. Toutefois, certaines personnes trouvent le port de ce masque trop contraignant… et ils finissent par ne plus le porter.

Même si d’autres solutions plus légères ont été mises au point, il n’en reste pas moins que cela reste dérangeant et pour le ronfleur et pour son partenaire...

Vers une solution plus simple

Et c’est là qu’est la nouveauté ! D’après le Daily Mail, des scientifiques américains ont mis au point un comprimé visant à réduire drastiquement les ronflements ! Le comprimé combine deux médicaments : l'atomoxétine (utilisé chez les personnes ayant des troubles de déficit de l’attention) et l'oxybutynine (prescrit chez des personnes souffrant d’incontinence urinaire). Le premier permettrait de maintenir en bonne santé les muscles des voies respiratoires, l’autre agirait sur les récepteurs qui font se contracter les muscles de la langue.

En prenant ce comprimé avant d’aller dormir, les effets se sont révélés spectaculaires en l’espace d’une seule nuit : de 30 interruptions respiratoires par heure, ils sont passés à seulement sept ; soit une diminution de près de trois quarts des symptômes.

Si les résultats de ces essais cliniques sont plutôt encourageants pour la vie des ronfleurs, ce traitement ne serait pas sans risque ! Les deux médicaments contenus dans le comprimé ont leurs effets secondaires… Somnolence et crampes à l’estomac pour l’un, dépression pour l’autre.

Pour le docteur Neil Stanley, expert indépendant en sommeil et membre de la Société britannique du sommeil, déclare : «  Ce sont des résultats préliminaires intéressants et la réduction des symptômes est très prometteuse. Mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour voir si l'effet est durable.  »

Et pour ceux qui ne ronflent pas mais voudraient améliorer la qualité de leurs nuits, il parait qu'aller dormir tôt serait le summun du cool et que dormir en couple améliorerait le sommeil. Reste à voir le niveau sonore de ronflements du partenaire...